FOUSSOUBIE et autres cavités voisines (Ardèche, France)                              www.foussoubie.fr

 

 

PAGE : Mise en ligne 23.02.2013 - Mise à jour 13.09.2019 - 73 522 visites au 31.08.2019

Les paramètres de sécurité internet de votre navigateur peuvent figer les sous-menus par blocage des ActiveX.
Les réglages "par défaut" rétablissent leur fonctionnement.

Pour visiter ce site, 3 voies d'entrée - circulation :
- Les Menus fixes en sommet de fenêtre : ils correspondent à la structure du site et peuvent avoir des sous-menus en cascade. Des •menus (avec puce•) sont présents sans que les pages ne soient encore disponibles : elles orientent provisoirement vers le plan du site.
- Le Plan du site (menu "Accueil") a des liens permettant de se rendre directement sur la cible choisie.
- Lors d'une nouvelle visite, "Historiques" - "Site (texte)" permet de cibler les modifications - ajouts récents.

Widget du site ta-météo.fr - La météo en toute simplicité.

Météo Vagnas


© mein-wetter.com

Précipitations = Risque de crue dans la goule de Foussoubie

Elles peuvent être soudaines et importantes, même si le ruisseau était à sec !
C'est simple : si précipitations annoncées, faites une autre cavité.
[Voir page Sécurité dans le menu "Accueil"]

Anciens messages d'actualité archivés


Inventaire spéléologique
du secteur F des gorges de l'Ardèche

(rive droite de l'Ardèche de Salavas
à la combe de Vanmale)


DROUIN Philippe
et LE ROUX Patrick

Bibliographie spéléologique
du département de l'Ardèche
10 192 fiches biblio au 06.09.2019

CHOCHOD Daniel (2015)
L'histoire d'une passion


DUMONT Dominique
Évolution des techniques de progression
dans la goule de Foussoubie

(avec diaporama 1972-1982-1984-1995)
Galerie photos 1970-1995

SCAMMACCA Blasco (2017)
Galerie photos 1971

 

Émile CHEILLETZ (1940-2019)

   Émile CHEILLETZ est décédé lundi 27 août 2019. Il avait fait partie du franchissement du siphon 0 de la Goule en 1959 avec Jacques NOËL et d'autres stagiaires du premier stage initiateur à Vallon-Pont-d'Arc ; il avait aussi commencé la topographie après ce siphon 0.
   Au weekend de Pentecôte 1963, organisant avec Jean Dupont une visite de la Goule pour le groupe Vulcain de Lyon, ils furent surpris par une crue : seuls 3 des cinq participants ressortirent vivants. Bernard RAFFY, puis Jean DUPONT, furent emportés par le courant. Les 3 rescapés, Émile CHEILLETZ, Alain BESACIER et Jacques DELACOUR ne ressortirent que 4 jours après à l'aide d'une importante opération de secours qui défraya la chronique alors que ce même weedend était créé la Fédération Française de Spéléologie.
   Émile CHEILETZ resta fidèle à Foussoubie et fut avec le Montélimar Archéo Spéléo Club dont il était le président, un efficace et constant soutien aux explorations ultérieures du Groupe de Recherches Biospéléologiques.
   Depuis de nombreuses années, Émile s'était éloigné de la spéléologie pour se passionner davantage au golf.
   Un article plus conséquent lui sera consacré dès que possible. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues pour réunir les éléments de sa carrière spéléologique. Merci de me contacter (voir cartouche page d'accueil ci-dessous).

(30 août 2019)



Marcel TOURBIN (1937-2019)

   Marcel TOURBIN, 81 ans, ancien membre et grande figure du Spéléo-Club de Lutèce (Paris) des années 50 aux années 80, est décédé dimanche 2 juin 2019 des suites d'un cancer. Il était né le 13 octobre 1937, juste avant-guerre, à Brest alors que son père travaillait pour l'arsenal. Durant la guerre, il demeura chez sa grand-mère à Audierne (29) où il fut scolarisé jusqu'au Certificat d'Études Primaires (1951). Son père ayant rejoint Paris pour travailler, il y suivit une formation de chaudronnier et travailla 16 années en usine (1955-1971). Il fut à son grand désespoir, des appelés à la guerre d'Algérie, il n'en parlait jamais. En mai 68, ce jeune ouvrier mêla sa voix à celle des étudiants de la Sorbonne. De 1971 à 1987, il assura montage et maintenance de matériels médicaux de blocs opératoires. Durant cette période, il fut aussi moniteur d'auto-école à temps partiel, spécialiste des "cas réfractaires". Il s'exila ensuite en Ardèche, guide de l'aven de la Forestière logeant dans son J7, puis guide et gardien de la grotte de la Madeleine. Il choisissait ses mots, comme pour rendre hommage à la nature qui avait créé ces cavernes. Avec Marcel, tout allait toujours très bien. C'était un humaniste, un épicurien du bonheur dans le sens qui prend l'homme pour valeur suprême, qui vise à l'épanouissement de la personne humaine. Il aimait lire, écrire, écouter de la musique classique ou de film, parfois un peu fort dans les gorges mais tellement beau ! Puis tu as rencontré Mona, vous vous êtes installés à Saint-Remèze pour près de 25 ans de bonheur.
   Marcel se proclamait "ouvrier" et fier de l'être, sa culture et ses lectures en faisaient notre "philosophe, éternel optimiste". Il avait déposé 3 brevets industriels, préparé [inédits donc] un "manuel pédagogique à l'intention des aspirants moniteurs d'auto-école" et un "essai anticlérical sur la violence et le comportement humain" [Le saut manqué]. Sa jovialité était permanente, rien n'effacera ses rires et sa bonne humeur.

   Créé en 1955, d'abord rue de Lille, puis rue Parmentier, le Spéléo-Club de Lutèce est hébergé dans la MJC du 4 rue Mercœur (Paris, 11e), puis en janvier 1977, rejoint le foyer Montorgueil de la paroisse Saint-Eustache (Paris, 2e) pour revenir en 1993 rue Mercœur, avant de fusionner en 1996 avec son voisin le Spéléo-Club de la Seine.
   Dans les années 50, sous l'égide de Marcel Baillot, c'est le massif du Margeriaz, au cœur des Bauges en Savoie, qui attira ces jeunes hommes avec ses Tannes froides et profondes, ses méandres interminables et les ruissellements d'eau à 4°C : Cochons, Enfer, Grand Rafous… Marcel entre au SCL en 1956 (n°18), grand sportif, il fut de ceux-là.
   Après le passage du siphon 0 de la goule de Foussoubie en 1959 par Jacques Noël lors de son stage de formation initiateur à Vallon, la plus chaude Ardèche attire de plus en plus le SCL. Marcel participe alors aux premières explorations, notamment dans la zone du Camp de Base avec Marcel Cordier.
   Par la suite, il s'éloigne des activités d'exploration mais continue régulièrement de participer aux sorties de loisir : gouffre du Leubot à Gonsans (Doubs) avec le tout débutant Daniel Chochod en 1970, où Marcel lui raconta avoir dans le passé réchappé d'un dévissage d'une dizaine de mètre de hauteur ; réseau du Verneau (Doubs) et plus récemment le gouffre Berger car Marcel a toujours gardé une forme physique exceptionnelle. Partout, il fut un compagnon apprécié pour ses conseils, sa gentillesse et son érudition. Lors des soirées autour d'un feu de camp, ou chez l'un ou l'autre, nous refaisions le monde jusqu'au bout de la nuit, au petit matin, nous étions sûrs que ce monde serait changé !
   Il fut en 1996 un des premiers membres de l'ARSPAN pour participer à la protection de l'aven de Noël au-dessus de la grotte de Saint-Marcel (Bidon). Il prenait toujours un plaisir malicieux à philosopher et faisait preuve d'une curiosité gourmande en assistant assidûment aux conférences du Musée d'Orgnac sur la préhistoire, la géologie, la spéléo… En quête permanente du Graal, il prenait aussi plaisir à sculpter des objets figuratifs avec de vieux outils qu'il soudait selon son imagination et, avec Mona, participait activement aux rencontres patrimoine et à un groupe de randonnées.

   Mais Marcel est surtout connu dans le petit monde de la spéléologie comme l'artisan des frontales acéto "Foussoubie" et "Ardèche" avec leur imposant et efficace réflecteur en forme de coupelle, façonnée main, qu'il fabriqua en petites séries. Jusqu'alors, chacun se débrouillait seul en bricolant. Ces lampes combinaient une résistance électrique pour l'allumage du gaz acétylène et furent vendues au Vieux Campeur, rue des Écoles à Paris. Mais par la suite, c'est la société PELTZ qui domina le marché…
   A l'heure où la société s'interroge sur la fin de vie, débattant sur le choix de mourir dans la dignité, Marcel avait choisi, lucide jusqu'au bout avant de recevoir les soins palliatifs, d'arrêter toute thérapie dès lors que la maladie devenait incontrôlable. A l'avant-garde jusqu'au dernier souffle !
   Nous garderons en mémoire sa bonne humeur, sa joie de vivre, sa bienveillance et ses petites étoiles dans les yeux quand il parlait de spéléo et aussi, comme il aimait le dire, « Portons un toast à la spéléo, et à ses activités connexes ! ».

Michel MORAND, ancien président du SCL (janvier 1968 - septembre 1977),
Patrick MILLET et Daniel CHOCHOD (anciens membres du SCL),
Pierre GÉRAULT, président de l'ARSPAN,
Dominique DUMONT, ancien président du SCL (1993-1996),
Françoise PRUD'HOMME, Musée d'Orgnac,
Gilbert PANGON, ancien directeur de la grotte de la Madeleine,
André et Annie VERMOREL, anciens gérants de l'aven de la Forestière,
Patrick LE ROUX et Sylvain LEVRAY, mémorables descentes à ski avec Marcel.

 

Marcel TOURBIN
(Photo Patrick Millet, 2000)

 


Visite nocturne de la goule
de Foussoubie, août 1992.

(Extrait photo sans doute de
Alain RHODES†,
guide à l'aven de la Forestière)

 


Marcel TOURBIN
(Extrait photo AA,
2016 ou 2017)

 

Mis en ligne le 15 juin 2019



Dessin humoristique "Spéléo-Club de Lutèce, foyer Montorgueil, Paris-Halles)"
TOURBIN Marcel (sans date mais associé au manuscrit « Le saut manqué », 1990-1993)

 

Site FOUSSOUBIE
Mentions légales - Présentation
Patrick LE ROUX

Sécurité du site Web
http://www.foussoubie.fr
© 2013-2019
Groupe de
Recherches
Biospéléologiques

LE ROUX Patrick
13 impasse Le Roux
29000 QUIMPER
06 85 20 11 26
02 98 97 09 67
patrick.le.roux@foussoubie.fr
Création site : 07.12.2012
Ouverture utile : 23.02.2013
Mise à jour : voir menu
Documents du site libres
pour utilisation personnelle
Reproduction et diffusion soumises à autorisation
des auteurs
Dépôt légal web BNF
mars 2013
    Le modeste objectif de ce site amateur est d'apporter des informations sur le système
       Goule / Évent de FOUSSOUBIE
et sur quelques autres cavités des plateaux du Devès de Virac, de la Selve et des Égaux sur les communes de Vagnas, Labastide-de-Virac et Salavas (canton de Vallon-Pont-d'Arc, Ardèche) : Évent supérieur de Foussoubie, aven Cordier, aven du Devès de Virac, aven de Champagnac, source de Vanmale, grotte de la Violette, grotte de la Chaire, etc.
    Etre la bibliothèque*, la mémoire pour conserver à ces témoignages une durabilité et leur éviter l'oubli…
    Cette zone géographique correspond à une partie des travaux du G.R.B.
          Groupe de
               Recherches
                    Biospéléologiques

et au Secteur "F" (Foussoubie) : Salavas / combe de Vanmale, défini par le CDS 07 pour son inventaire départemental.
    Dans ce secteur, un bon nombre de cavités de la falaise rive droite de l'Ardèche et en particulier autour du Pont-d'Arc n'ont pas été étudiées par le G.R.B.

Patrick LE ROUX à l'entrée de la Goule en 1979.
Photo ESCAT René :
Patrick LE ROUX
à l'entrée de la Goule
(août 1979)

   Ce site bloque le nom de domaine foussoubie.fr pour lui éviter toute utilisation mercantile ou non consacrée à cette cavité. Il reste ouvert pour des suggestions d'amélioration, des corrections ou pour proposer vos contributions. Vous pouvez me joindre aux coordonnées indiquées dans l'encadré.

   Pas de forum, ni de commentaires libres, afin de filtrer les apports, éviter les dérives, ne pas ouvrir la porte à des publicités clandestines… J'essaierai d'être aussi impartial que possible pour ne pas déformer ou occulter félicitations ou contestations, tout en leur maintenant un volume raisonnable.
   C'est un site "perso" forcément entaché de nombrilisme, c'est abusivement ma vision et mes ressentis… mais je ne peux pas deviner ceux des autres, et je le rappelle, rien ne me fera plus plaisir que d'ajouter des pages d'autres signataires.
   Pour concevoir un site, on peut soit être un as de l'informatique (je ne le suis pas), soit utiliser des modèles pré-conçus (souvent à mon goût un peu "bling-bling"), ou partir d'une page blanche… C'est ce que j'ai fait et le résultat est sans doute assez austère, un travail de "laborieux" plutôt que de "génie", mais cela correspond à ma nature, et au fil du temps le site évoluera…
   Tous les menus ne sont pas encore "actifs" et ne sont encore que des projets ou des chantiers en cours ! Ils sont alors précédés du signe •. Dans cette première version mise en ligne, je remercie tout particulièrement Fabienne Chouquet, Patrick Penez, Frédéric Vergier et Jean-Pierre Baudu pour leur autorisation à diffuser des informations inédites sur la source de Vanmale, et Stéphane Jaillet pour son premier jet de la page "géomorpho", consacrée à Foussoubie bien sûr.

   Foussoubie mériterait une publication "papier".
   Elle aurait pu être l'œuvre de Jacques NOEL avec le Spéléo-Club de Lutèce et la Société Spéléologique de Namur dans les années 60. Puis ce fut le projet de Pierre SLAMA et du Groupe de Recherches Biospéléologiques avec le Spéléo-Club de Lutèce et le Montélimar Archéo Spéléo Club, dans les années 70-80. Le temps a passé…
   Ce sera peut-être le Collectif Foussoubie réuni autour de Stéphane JAILLET qui concrétisera cette réalisation.
   Alors, fallait-il attendre encore et ne pas réaliser ce site dédié ? L'âge avançant inexorablement et avec la disponibilité de la retraite, j'ai décidé de me lancer dans l'aventure. Le coût d'un site informatique est dérisoire par rapport à ceux de l'impression et je suis persuadé que ce site préparera le terrain et sera un tremplin pour une éventuelle publication future.

   Merci de votre visite et de votre lecture attentive.
                                                                                                                                    
Patrick LE ROUX    

*   L'article L.122-5 du Code de la Propriété Intellectuelle (CPI) prévoit des exceptions au droit d'auteur, sous réserve que soient indiquées clairement le nom de l'auteur et la source. Sont autorisées :
- les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information de l'œuvre à laquelle les œuvres sont incorporées ;
- la reproduction et la représentation, à des fins de conservation ou de préservation des conditions de consultation sur place par les bibliothèques, musées et services d'archives, à la condition de n'en tirer aucun avantage économique ou commercial ;
- la reproduction et la représentation, totale ou partielle, d'une œuvre graphique, plastique ou architecturale par voie de presse – écrite, audiovisuelle ou communication au public en ligne – dans un but exclusif d'information immédiate et en relation directe avec cette information. Cette exception nécessite d'indiquer clairement le nom de l'auteur et elle exclut de son champ d'application les œuvres, notamment photographiques ou d'illustration, qui visent elles-mêmes à rendre compte de l'information.
   L’article L. 122-5 du CPI précise que les différentes exceptions au droit d’auteur ne peuvent porter atteinte à l'exploitation normale de l'œuvre ni causer un préjudice injustifié aux intérêts légitimes de l'auteur. Cette réserve, communément appelée « test en 3 étapes », découle des textes internationaux en matière de droit d’auteur qui prévoient que, lorsque les Etats créent des exceptions ou des limitations aux droits, ils « restreindront les limitations des droits exclusifs ou exceptions à ces droits à certains cas spéciaux qui ne portent pas atteinte à l’exploitation normale de l’œuvre ni ne causent un préjudice injustifié aux intérêts légitimes du détenteur du droit » (cf. not. art. 9, al. 2 de la Convention de Berne).