FOUSSOUBIE et autres cavités voisines (Ardèche, France)                              www.foussoubie.fr

 

 

PAGE : Mise en ligne 16.03.2019 - Mise à jour 16.03.2019 - 207 visites   au 30.09.2019

JEANNEL René (1879-1965)
RACOVITZA Émil-Georges (1868-1947)

René JEANNEL (en 1932) Émil-Georges RACOVITZA (vers 1896)

Biospeologica - XVI.
182. Grotte de la Foussoubie
dans Énumération des grottes visitées 3e série (1908-1909)
dans Archives de Zoologie expérimentale et générale (1910)
5e série, t.V, fasc.3 {p.140/142}

JEANNEL René et RACOVITZA Emil-Georges(1910) Biospeologica - XVI. Énumération des grottes visitées 3e série (1908-1909). dans Archives de Zoologie expérimentale et générale, 5e série, t.V, fasc.3 {p.140/142}

  Extraits

Archives de Zoologie expérimentale et générale
5e série, t.V, fasc.3
Extrait "Foussoubie" (1910)
{p.140/142}

Mis en ligne 16 téléchargements
16.03.2019 au 30.09.2019

   JEANNEL et RACOVITZA critiquent le plan de GAUPILLAT (1892) notamment dans la branche latérale menant au siphon B2 où il affirment y voir un puits d'une vingtaine de mètres absent du plan. C'est faux, la coupe ef du plan de Gaupillat atteste bien de ce puits, ramené à une profondeur exacte de moins de 10 m.

Extrait de GAUPILLAT Gabriel (1892)
La Goule de Foussoubie (Ardèche)
dans MARTEL É.-A. (1894) Les Abîmes p.107

   Ils font des relevés de températures. Leur récolte biologique et maigre.

Cavités "Secteur F" citées dans Les Abîmes :
Foussoubie [grotte de la] (= Foussoubie [évent de]), p.140/142
Foussoubie [goule de], p.141
Foussoubie [source de], p.141

   René Gabriel JEANNEL est né le 22 mars 1879 à Paris (4e) et décédé le 20 février 1965 à Paris (7e). Naturaliste français, zoologiste, entomologiste, botaniste, géologue, paléontologue, préhistorien, spéléologue, explorateur et biogéographe, il fut directeur du Muséum national d'histoire naturelle. En 1969, il était considéré par ses pairs comme « l’un des plus éminents entomologistes de notre époque » et « le maître incontesté dans le monde entier de l'entomologie souterraine ». Fondateur avec le zoologue toulousain Albert Vandel (1894-1980) du laboratoire souterrain de Moulis dans l'Ariège, pour étudier les animaux cavernicoles dans leur milieu. [Voir Widipedia]

   Emil-G. RACOVITZA est né le 15 novembre 1868 à Iasi en Moldavie et mort le 17 novembre 1947 à Cluj en Transylvanie. Biologiste, zoologiste, océanographe et spéléologue roumain, explorateur de l'Antarctique, il est aussi le père de la Biospéologie.
   Après son expédition dans l'Antarctique (1897-1899) sur le Belgica, il travaille en France jusqu'en 1920, à Banyuls comme sous-directeur du laboratoire Arago et codirecteur de la revue Archives de zoologie expérimentale et générale, où il restera pendant deux décennies qui ont été extrêmement fructueuses sur le plan scientifique.
   Lors d'un voyage effectué en 1904 sur l'île de Majorque, Racovițză explore la grotte de Cueva del Drach. Pendant trois jours, il étudie les organismes adaptés à la vie des cavernes. L'un de ces invertébrés, Thyphlocirolana moraguesi, visiblement issu de lignées d'organismes marins déjà connus hors du monde souterrain, détermine Racoviță à se consacrer prioritairement à l'étude des cavernicoles, jetant ainsi les bases d'une nouvelle science : la biospéologie.
   Après avoir étudié avec Hélène Boucard (qu'il épouse en 1907) et avec son collaborateur René Jeannel de nombreuses grottes d'Europe et d'Afrique, Racoviță commençe la publication de la revue Biospeologica où il publie ses observations sur les grottes sous le titre « Énumération des grottes visitées ». Jusqu'alors, les recherches n'attribuaient au milieu souterrain que peu de chances d'existence de la vie. Racoviță a montré que la faune des cavernes est beaucoup plus riche et variée que l'on ne le pensait et que son étude peut aboutir à des découvertes intéressantes. L'une d'elles, et non des moindres, sera de démontrer quelques années plus tard que la répartition des faunes terrestres ne peut s'expliquer que par la dérive des continents, théorie émise en 1911 par le climatologue Alfred Wegener et alors encore rejetée par tous les géologues et qui ne sera admise qu'à partir de 1976.
   Après la première guerre mondiale, Racovitza retourne en Roumanie où il devient directeur de l'Institut de spéléologie de Cluj, premier du genre au monde. [Voir Widipedia]

 

Extrait "biologie" [Voir pdf]
« […]
    Voici les températures que nous avons trouvées. Température de l'air au fond, 13° C. Température de l'eau : au « point le plus bas », 12°5 C ; à la galerie du « lac du plongeur » 12°5 C ; à la source de Foussoubie, 12°75 C (l). Gaupillat donne 12°75 C pour le lac du plongeur.
   […]
   Pas de Chauves-souris ni de guano. Sur les bancs d'argile
nous avons trouvé des Trechus Mfayeti Ab. et un exemplaire
du Diaprysius Serullazi subsp. Peyerimhoffi Jeann. Des engins placés dans la nappe d'eau du « point le plus bas » n'ont rien pris. »